Accueil Actualités La vie économique du Val d'Essonne
Atelier "prêt au lancement"

CCI EssonneCet atelier interactif permet des échanges entre participants et l’intervenant sur le parcours et la posture du chef d’entreprise. Il donne également la possibilité de clarifier votre idée, d'avoir une réflexion sur les conditions de réussite de votre projet.

Rendez-vous le jeudi 5 Janvier 2017 de 9h à 12h30 à la CCI Essonne à EVRY.

Objectifs :
•    Appréhender le métier de dirigeant d’entreprise,
•    Identifier le parcours de la création d’entreprise,
•    Définir les facteurs de succès d’un projet d’entreprise.
Programme :
•    Informations générales sur la création d’entreprise,
•    Réflexion sur les leviers de réussite
•    Exercices de présentation de votre projet
La participation à cet atelier est gratuite.

Retrouvez toutes les infos pratiques et les inscriptions en ligne ICI.

 
Mise en place progressive de la carte d'identification professionnelle pour les salariés du BTP

Mise en place progressive de la carte didentification professionnelle pour les salariés du BTPLa carte d'identification professionnelle des salariés du BTP est testée depuis le 5 décembre par une quinzaine d'entreprises, avant un déploiement progressif à partir de février-mars 2017. Ce nouveau dispositif facilite les contrôles des inspecteurs du travail et la lutte contre la fraude au travail détaché.

Obligatoire pour tous les salariés du BTP, y compris les travailleurs détachés, la carte comportera :

•    une photo ;
•    des informations sur la personne (nom, prénom, sexe) ;
•    des informations sur l'entreprise ;
•    des informations sur le chantier.

Elle sera valide pendant la durée du contrat de travail et du détachement (et pendant 5 ans pour les intérimaires).

La gestion de cette carte sera confiée à l'Union des caisses de France (UCF) à laquelle les entreprises devront verser 10,80 € par carte pour couvrir les frais de gestion.

Et aussi sur service-public.fr :

•    Carte d'identification des salariés du BTP
•    Salariés du BTP : carte d'identification bientôt obligatoire

 
Start-up Challenge : appel à candidatures

Start-up Challenge appel à candidaturesStart-up, PME innovantes: candidatez à la 1ère édition du Start-up Challenge !

Dans le cadre de Techinnov, convention d’affaires dédiée à l’innovation qui se déroulera le 23 février 2017 à Orly, la CCI Essonne organise avec le WAI BNP Paribas, Fidal, KPMG, Orange, la 1ère édition du Start-up challenge !
 
10 start-up seront sélectionnées pour chacune des 3 catégories (IoT challenge parrainé par Ericsson, Energy challenge parrainé par EDF et Mobility challenge, parrainé par PSA Groupe).
 
Elles pitcheront devant un public constitué de représentants de grandes entreprises (directeur innovation, R&T, R&D, open innovation, responsables des partenariats, du développement, corporate venture, etc.). Les critères de sélection porteront sur le degré de maturité de la start-up, son potentiel de contractualisation avec un grand donneur d’ordre, sa capacité à déployer la solution proposée…
 
Ces aspects seront évalués sous différents angles : financier, contractuel, propriété intellectuelle, niveau d’avancée technologique, potentiel de développement…
 
Start-up et PME innovantes, pourquoi candidater ?
•    Présentez dans une logique BtoB votre produit/service/technologie/innovation à un public ciblé exclusivement constitué de représentants de grandes entreprises ;
•    Bénéficiez de la visibilité offerte par Techinnov pour trouver des partenaires et accélérer votre développement ;
•    Gagnez l’un des prix start-up challenge.
 
A la clé, de nombreuses dotations :
•    accompagnement stratégie d’entreprise avec KPMG,
•    accompagnement contractualisation avec FIDAL,
•    6 mois d’hébergement au WAI Massy-Saclay,
•    accès à la plateforme pré-5G (Narrow Band IOT) du Garage pour le prototypage d’applications innovantes autour des objets connectés (avec Ericsson), etc.
 
Attention : clôture des candidatures vendredi 23 décembre 2016
 
 
Infos et inscriptions sur www.techinnov.events

 
Contrat de sécurisation professionnelle : reconduction de la convention de 2015

Contrat de sécurisation professionnelle reconduction de la convention de 2015La convention du 26 janvier 2015 relative au CSP, qui devait arriver à terme le 31 décembre 2016, produira ses effets jusqu'au 30 juin 2018.

Un bilan quantitatif et qualitatif du dispositif sera effectué à la fin de l'année 2017 pour procéder à d'éventuels aménagements.

A défaut, le dispositif continue à s'appliquer sans modification jusqu'à la conclusion d'une nouvelle convention. Le CSP continuera donc à garantir aux salariés avec un an d'ancienneté et visés par une procédure de licenciement économique, une allocation s'élevant à 75 % du salaire journalier de référence.

Et aussi sur service-public.fr : Contrat de sécurisation professionnelle (CSP)

Pour en savoir plus : Contrat de sécurisation professionnelle-convention de 2015 prorogée

 
Santé & sécurité au travail : norme ISO 45001

Santé  sécurité au travail norme ISO 45001L’organisation internationale de normalisation poursuit son travail sur le projet de la norme ISO 45001. Actuellement mise au point par un comité d’experts spécialisés dans les domaines de la santé et la sécurité au travail (SST), elle suivra la structure commune aux autres normes de systèmes de management sorties en 2015 telles qu’ISO 14001 et ISO 9001 pour faciliter son intégration.
 
Axée sur l’amélioration de la sécurité des travailleurs, la réduction des risques sur le lieu de travail et la création de conditions de travail meilleures, elle prend en compte d’autres normes internationales dans ce domaine comme OHSAS 18001, les principes directeurs ILO-OSH de l’Organisation internationale du travail, diverses normes nationales et les normes internationales du travail et les conventions de l’OIT. Elle met davantage l'accent sur la participation des employés dans le développement de la politique SST et du système de management SST.
 
Comme toutes normes, elle sera applicable à toutes organisations, quelles qu’en soient la taille, le type ou la nature des activités. Une petite entreprise où les risques sont faibles pourra n’avoir besoin que d’un système relativement simple, alors qu’une grande organisation avec des risques élevés devra peut-être mettre sur pied un système beaucoup plus sophistiqué. Tout système peut être conforme aux exigences de la norme, pour autant que l’on puisse en démontrer l’adéquation pour l’organisation et l’efficacité.
 
Une publication est attendue pour fin 2017.

 
Cotisation foncière d'entreprise : nouvelle déclaration initiale

Cotisation foncière dentreprise nouvelle déclaration initialeLes entreprises doivent effectuer, avant le 1er janvier 2017, une déclaration initiale 1447-C de CFE 2017, pour tout établissement créé, acquis ou transféré au cours de l'année 2016.

La déclaration 1447-C est la déclaration initiale pour la CFE 2017  concerne seulement les créations ou reprises d'établissements en 2016 redevables de la CFE au titre de l'année 2017.

Cette déclaration doit contenir notamment :

•    les demandes d'exonération de CFE ;
•    l'identification de l'entreprise ;
•    l'origine de l'entreprise ou de l'établissement ;
•    l'identification de l'ancien exploitant.

Cette déclaration permet de recenser les biens du nouvel établissement créé en 2016.

Et aussi sur service-public.fr : Exonération temporaire de CFE : actualisation des plafonds pour 2017

 
Facture électronique bientôt obligatoire pour les marchés publics

Facture électronique bientôt obligatoire pour les marchés publicsDans le cadre des marchés publics, l'usage de la facturation électronique est une pratique courante. Elle deviendra progressivement obligatoire d'ici le 1er janvier 2020.

Les nouvelles obligations de transmission et d'acceptation des factures électroniques dans l'exécution des contrats conclus entre l'État, les collectivités territoriales ou les établissements publics et les titulaires (ou les sous-traitants admis au paiement direct de ces contrats) sont fixées par le décret n°2016-1478 du 2 novembre 2016 (pris pour l'application de l'ordonnance n° 2014‑697 du 26 juin 2014 relative au développement de la facturation électronique).

L'entrée en vigueur de la facturation électronique est différée et progressive :

Date d'entrée en vigueur de la facturation électronique

 Entreprises concernées  

1er janvier 2017

-Grandes entreprises (GE)

-Personnes publiques

Toutes les entreprises n'entrant pas dans les autres catégories

1er janvier 2018

Entreprises de taille intermédiaire (ETI)

- Entreprises de moins de 5 000 personnes ;

- dont le chiffre d'affaires annuel est < à 1 500 millions d'euros (ou dont le total de bilan est < à 2 000 millions d'euros).

1er janvier 2019

Petites et moyennes entreprises (PME)

- Entreprises de moins de 250 personnes ;

- dont le chiffre d'affaires annuel est < à 50 millions d'euros (ou dont le total de bilan est < à 43 millions d'euros).

1er janvier 2020

Microentreprises

- Entreprises de moins de 10 personnes ;

- dont le chiffre d'affaires annuel est < à 2 millions d'euros (ou dont le total du bilan est < à cette somme).

Le décret entrera en vigueur à compter du 1er janvier 2017.

De plus, l'obligation d'acceptation des factures électroniques entrera en vigueur le 1er janvier 2017.

Textes de référence :

Et aussi sur service-public.fr :

 
Livre blanc : réussir avec un marketing responsable

Livre blanc réussir avec un marketing responsableComment mettre en place un marketing responsable ? Quelles sont les difficultés et les clés du succès pour y parvenir ? Pour quels bénéfices ? Ce sont autant de questions auxquelles le livre blanc « Réussir avec un marketing responsable » a pour objectif d’apporter des éléments de réponses aux marketeurs. Au travers de 44 initiatives mises en place par des entreprises de toutes tailles et de secteurs très divers, ces retours d’expérience montrent qu’un marketing plus responsable est source de valeurs à la fois matérielles et immatérielles pour les marques : gains de parts de marché, amélioration de l’image, fierté interne, meilleures relations avec les parties prenantes…

Dans cette seconde édition revue et augmentée, l’ADEME et les huit partenaires de ce projet souhaitent ainsi au travers de ces témoignages encourager les marketeurs à intégrer les enjeux de développement durable en montrant qu’il est possible de concilier impact sociétal et succès commercial.

Voir le livre blanc « Réussir avec un marketing responsable »

Lire aussi l’article « Livreblanc Réussir avec un marketing responsable : 44 recettes gagnantes ! »

Comment mettre en place un marketing responsable ? Quelles sont les difficultés et les clés du succès pour y parvenir ? Pour quels bénéfices ? Ce sont autant de questions auxquelles le livre blanc « Réussir avec un marketing responsable » a pour objectif d’apporter des éléments de réponses aux marketeurs. Au travers de 44 initiatives mises en place par des entreprises de toutes tailles et de secteurs très divers, ces retours d’expérience montrent qu’un marketing plus responsable est source de valeurs à la fois matérielles et immatérielles pour les marques : gains de parts de marché, amélioration de l’image, fierté interne, meilleures relations avec les parties prenantes…

Dans cette seconde édition revue et augmentée, l’ADEME et les huit partenaires de ce projet souhaitent ainsi au travers de ces témoignages encourager les marketeurs à intégrer les enjeux de développement durable en montrant qu’il est possible de concilier impact sociétal et succès commercial.

Voir le livre blanc « Réussir avec un marketing responsable »

Lire aussi l’article « Livreblanc Réussir avec un marketing responsable : 44 recettes gagnantes ! »

 
Employeurs : mise à disposition des documents plutôt que transmission à l'administration

Employeurs mise à disposition des documents plutôt que transmission à ladministrationLa liste des documents que l'employeur doit désormais simplement tenir à disposition de l'administration est allongée par 2 décrets du 20 octobre 2016.

Afin de simplifier les formalités des employeurs, l'obligation de transmettre certains documents à l'administration est remplacée par une obligation de mise à disposition de ces documents.

Cette mesure concerne principalement trois domaines :

•    Santé et sécurité au travail ;
•    Durée du travail ;
•    Comité d'entreprise.

En matière de santé et sécurité au travail, le nom et l'adresse du médecin désigné pour surveiller le local dédié à l'allaitement sont désormais tenus à la disposition de l'agent de contrôle de l'inspection du travail dont dépend l'entreprise.

En matière de durée du travail, l'agent de contrôle doit avoir communication à sa demande de :

•    l'avis du comité d'entreprise (CE) sur la mise en œuvre d'horaires à temps partiel ;
•    le récépissé attestant que l'employeur a accompli la préalable déclaration à la Cnil, obligatoire en cas de traitement automatisé des données nominatives contenues dans certains documents électroniques ;
•    le duplicata de l'affichage relatif aux heures de début et de fin du travail et aux heures et à la durée des repos.

Dans l'exercice de ses missions sociales, le CE peut s'appuyer sur le service social. Le rapport sur cette instance est simplement communiqué à sa demande, à l'agent de contrôle, et non plus systématiquement adressé à celui-ci.

Textes de référence :

•    Décret n° 2016-1417 du 20 octobre 2016 relatif à la simplification des obligations des entreprises en matière d'affichage et de transmission de documents à l'administration
•    Décret n° 2016-1418 du 20 octobre 2016 relatif à la simplification des obligations des entreprises en matière d'affichage et de transmission de documents à l'administration

 
Étude Achats responsables en entreprise : des gains en plus, des risques en moins !

Étude Achats responsables en entreprise des gains en plus des risques en moinsL’ADEME a présenté les résultats de l’étude « Quels sont les impacts d’une politique achats responsables pour une entreprise ? » lors d’une conférence au salon Pollutec le 30 novembre dernier. Menée auprès de 19 services « achats » d’entreprises françaises volontaires dans tous les secteurs d’activité, l’étude montre que les achats responsables ont un impact économique positif. En moyenne, les entreprises participantes estiment que leur retour sur investissement en matière d’achats responsables est intervenu dans les 24 mois. Elle montre également que la mise en place d’une politique d’achats responsables permet aux entreprises de réaliser des gains de parts de marché et de réduire leurs impacts environnementaux (-48 % d’émissions de gaz à effet de serre grâce à une innovation packaging chez Lesieur, par exemple).

Forte de ces résultats, l’ADEME prépare une deuxième étude au travers d’un nouvel appel à candidatures à destination des PME pour les accompagner dans la mise en œuvre d’une démarche d’achats responsables.

Consulter l’appel à candidatures HARESP

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 10 sur 86
BIENVENUE !
Bienvenue sur le portail économique de la CCVE. C’est un nouvel outil qui est mis à votre disposition pour mieux vous informer de l’actualité économique. Un outil qui est aussi plus pratique d’utilisation pour la CCVE et qui nous permettra d’être plus réactifs. Par exemple, le moteur
L'annuaire des entreprises
L'annuaire
des entreprises
Vous recherchez une entreprise, un artisan, un service...Votre recherche en 1 clic !
Aide à l'embauche pour les PME : derniers jours pour en bénéficier
L'aide à l'embauche d'un salarié pour les entreprises [...]
Vente / location de locaux professionnels
Bourse des locaux
Vente / location de locaux professionnels
Lancement d'un nouveau parc d'activités Idea'park ZAC Montvrain 2